A l'école d'art de calais

fais-moi une xylographie

l'acte de graver peut sembler désuet à l'heure de la haute technologie, de l'internet qui entre dans presque tous les foyers. Il reste pourtant le geste essentiel après celui du peintre, vers l'accomplissement d'une oeuvre d'art. de cet acte naît l'estampe, originale autant que faire ce peut.

Actuellement l'école d'Art de Calais s'investit à fond dans cette démarche, notamment dans le cadre de l'année de l'estampe et de la gravure, organisée par les conservateurs de la région Nord Pas-de-Calais. Un évènement qui a commencé en janvier par la résidence d'Hélène Vasseur, une ancienne de l'école calaisienne. Auparavant, elle avait suivi, pendant deux ans l'atelier de recherche et de création (ARC), une période durant laquelle elle a bénéficié des conseils et critiques des enseignants et de la logistique de l'école d'Art. De la peinture à la gravure, il n'y avai qu'un tout petit pas qu'Hélène a franchi rapidement. Rien d'étonnant d'ailleurs quand on a pour père un prof de dessin et une mère graveuse et poète!

Xylogravure

Ses recherches sur le corps, au sein de l'ARC, à l'aide de matériaux comme l'huile, l'aquarelle, la gouache, le dessin etc. l'ont conduite vers la gravure, la xylogravure exactement. Pour cela elle n'utilise pas de presse classique, remplacée ici par par la force humaine. En effet, après avoir gravé à la gouge des plaques de contreplaqué encrées, elle y dépose de grandes feuilles de papier qu'elle foule au pied. Encore la présence du geste originel du début des temps qui fixe l'empreinte.

Hélène présente aujourd'hui le fruit de son labeur: 6 xylogravures que vous pourrez voir jusqu'à la mi-janvier au moins...

Mi. MO

Calais Réalité - janvier 2006